Études de prévalence

Depuis 2010, 4 études d’estimation de la prévalence des Mutilations Génitales Féminines (MGF) ont été menées en Belgique à la demande de l’Institut pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes (IEFH) et le Service Public Fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement.

Un étude de prévalence, qu’est-ce que c’est? 

Une estimation de la prévalence des filles et femmes excisées ayant subi ou à risque de subir une mutilation génitale féminine vivant en Belgique.

Ces études ont suivi une méthode indirecte en deux étapes :

  • Etape 1 : estimation de la population féminine originaire d’un des pays concernés qui vit sur le territoire belge
  • Etape 2 : application de la prévalence (par tranche d’âges) dans le pays d’origine à la population de filles et femmes qui vit en Belgique.

Ces données sont récoltées grâce à la collaboration d’instances telles que  Statbel (Direction générale Statistique – Statistics Belgium), Fedasil, AVIQ – Agence pour une Vie de Qualité, Médecins du Monde Belgique – Dokters van de Wereld België, Opgroeien, l’ONE et le CGVS/CGRA, Fedasil.

À quoi ça sert? 

Ces recherches permettent de faire le constat des besoins d’accompagnement des personnes concernées par l’excision mais également d’identifier ils sont le plus important.  Nous estimons au 31 décembre 2020 que 23.000 femmes excisées vivent en Belgique et que plus de 12000 filles mineures nées de femmes qui ont subi l’excision sont à risque de subir une mutilation génitale féminine si aucun travail de prévention n’est fait.

Nous remarquons qu’au fil des années, la Flandre est la région la plus affectée par la problématique. En effet, selon la dernière étude en date, plus de 16.500 filles et femmes excisées ou à risque vivent en Région flamande. Cela représente une augmentation de 45% par rapport à l’année 2016 contre 10 000 en Région Bruxelles-Capitale et 8 800 en Région wallonne. En revanche, les moyens financiers sont moins grands. Ces chiffres nous permettent ainsi d’interpeller les pouvoirs publics sur les moyens à déployer pour assurer la protection et la prise en charge des femmes et des filles excisées dans notre pays. 

Envie d’en savoir plus?

Nos 4 études de prévalence sont téléchargeables juste ici:

En français:

L’étude de prévalence de 2010

L’étude de prévalence de 2014

L’étude de prévalence de 2018

L’étude de prévalence de 2022

Nederlands? Upload hier:

VGV-prevalentiestudie van 2010

VGV-prevalentiestudie van 2014

VGV-prevalentiestudie van 2018

VGV-prevalentiestudie van 2022