Plaidoyer

Une des missions du GAMS est de remonter au niveau politique les besoins du terrain. La force du plaidoyer du GAMS est qu’elle se base sur une pratique quotidienne auprès des communautés concernées et de différents secteurs professionnels. Les différentes recommandations portées par le GAMS sont le fruit d’une réflexion commune au sein du Réseau des Stratégies Concertées de lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (SC-MGF) qui regroupent plus d’une quarantaine d’acteurs. 

Revendications politiques 2019-2020

Afin de structurer son travail de plaidoyer, le GAMS Belgique a également établi une liste de revendications politiques prioritaires pour 2019-2020:

  1. Assurer une prévention et protection pour toute fille et femme à risque de MGF
  2. Assurer un accompagnement pluridisciplinaire de qualité et continu aux femmes et aux filles ayant subi une MGF sur tout le territoire belge
  3. Assurer une protection efficace des femmes ayant fui un mariage forcé
  4. Assurer une représentation positive et non-stigmatisante des femmes concernées par les MGF et mariages forcés

Lire les 4 revendications prioritaires en détails

À l’approche des élections législatives fédérales belges en mai 2019, le GAMS Belgique a publié une note de plaidoyer pour une politique améliorée de prise en compte des mutilations génitales féminines en Belgique.

Groupes de travail

Le GAMS Belgique et le Réseau des Stratégies concertées sont ainsi très actifs au sein de différents groupes de travail qui vise à définir les politiques en matière d’égalité des chances, de violences envers les femmes et les enfants :

Le GAMS Belgique, INTACT asbl et les SC-MGF ont présenté le 27 janvier 2014 des « Lignes directrices de prévention et protection des filles à risque d’excision » devant la Commission conjointe de la Commission de la Culture, de l’Audiovisuel, de l’Aide à la presse, du Cinéma, de la Santé et de l’Egalité des chances et du Comité d’Avis chargé d’examiner les questions relatives à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Ces lignes directrices ont été le fruit de plusieurs échanges avec les professionnel.le.s lors des formations, ateliers et par les observations du terrain.


Plateformes et réseaux

Le GAMS est actif au niveau de différentes plateformes aux niveaux national et international qui permettent également de porter des revendications pour la défense du droit des femmes, la lutte contre les violences de genre, la prise en compte du genre et des droits sexuels et reproductifs dans les programmes de développement.

Au niveau belge 

  • Comité d’accompagnement Violences Intrafamiliales du SPF Santé Publique.
  • Conseil des Femmes Francophones de Belgique (CFFB)
  • Réseau Santé Mentale en Exil (RSSM)
  • Groupe de Travail Santé et droits sexuels et reproductifs de Because Health
  • Plateforme féministe socio-économique
  • Plateforme Violence entre partenaires de la commune de St-Josse
  • Réseau Mariage et Migration (RMM)
  • Réseau des Stratégies Concertées de Lutte contre les mutilations génitales féminines (SC-MGF)
  • SHARE Forum des migrants – Coordination Bruxelloise
  • Fédération Bruxelloise de promotion de la santé
  • Mirabal
  • Plateforme Violences entre partenaires de Ixelles (CIVIO)
  • Plateforme de concertation régionale en matière de violence intrafamiliale et entre partenaires
  • Concertation EVRAS de Bruxelles
  • Comité de concertation opérationnel des stratégies concertées MGF
  • RELACS (Réseau Afro Latino Caribéens de santé sexuelle)

Aux niveaux européen et international 

  • End FGM Network

Le GAMS Belgique est co-fondateur du réseau européen End FGM qui vise à poursuivre tout le travail mené pendant 6 ans par la campagne européenne END FGM. Le réseau a été créé à Rome en mai 2014 avec 11 membres couvrant 10 pays membres de l’Europe. Stéphanie Florquin, directrice adjointe, est membre du Conseil d’administration. Le réseau vise à développer et harmoniser les politiques de prévention au niveau européen, à renforcer la capacité de ses membres et à faire un plaidoyer en faveur de l’implication de la diaspora dans la lutte contre les MGF dans les pays d’origine.

  • Comité Inter-Africain (CIAF)

Le Comité Inter-Africain (CIAF) a été créé en 1984, à l’issue d’un séminaire international sur les mutilations génitales féminines (MGF) à Dakar, Sénégal. Son siège se trouve à Addis-Abéba en Ethiopie et l’organisation possède des antennes dans 28 pays. Sa mission est d’améliorer les conditions de vie et de santé des femmes et des enfants à travers la lutte contre toute pratique traditionnelle néfaste affectant leur santé physique, psychique et sociale. Depuis 1997, le GAMS Belgique a été reconnu officiellement comme la Section belge du Comité Inter-Africain.