profileimage

Stéphanie Florquin a rejoint le GAMS en 2015. Depuis novembre 2019 elle a intégré l’équipe de Direction en tant que directrice adjointe. A ce titre elle soutient la directrice et est co-responsable de tous les aspects de la gestion de l’asbl tels que l’opérationnalisation de la stratégie de l’asbl, la gestion des ressources humaines, la mise en place de procédures internes, la recherche de financements et le suivi des projets.

Stéphanie coordonne actuellement la Communauté de pratiques internationale sur les MGF, une plateforme web visant à faciliter l’échange d’expériences et d’expertise entre actrices/acteurs œuvrant contre les MGF, financé par le Programme conjoint sur les MGF de l’UNFPA et l’UNICEF. En tant que sociologue elle mène régulièrement des recherches qualitatives pour le GAMS : une étude de la position des hommes vis-à-vis de l’excision dans le cadre du projet Men Speak Out (2015), le volet qualitatif de l’étude de risque de MGF de EIGE (2017) et récemment un diagnostic des besoins en matière de santé et droits sexuels des femmes concernées par les MGF vivant à Bruxelles (2019). A ce titre elle est régulièrement amenée à apporter une expertise dans des publications et des conférences.

Stéphanie coordonne également les Stratégies concertées de lutte contre les MGF, le réseau belge de professionnel.le.s travaillant auprès d’un public concerné par les MGF, (depuis 2015) et co-coordonne le Réseau bruxellois MGF (depuis sa création en 2018).

De formation initiale en Développement international, Stéphanie s’est spécialisée sur l’intégration de l’approche genre (gender mainstreaming) dans les ONG de développement. Stéphanie est diplômée d’un Master en sociologie « Genre et Politiques sociales », à l’Université de Toulouse (France).

Avant de rejoindre le GAMS Stéphanie a coordonné une association LGBT (lesbienne, gay, biE, trans*) française. Elle a également eu des missions au sein du réseau européen ILGA-Europe et en tant que consultante pour la rédaction d’un rapport parlementaire portant sur l’intégration du genre dans la coopération française.

En dehors de ses fonctions professionnelles, Stéphanie a milité dans des associations féministes et de droits humains.