#EndFGMMyths : les MGF sont-elles liées à la religion ?

L’une des idées reçues les plus courantes est que les mutilations génitales féminines sont liées à la religion. Celle-ci est souvent évoquée pour défendre les MGF et beaucoup pensent que certaines religions imposent cette pratique. En 2020, le Réseau européen EndFGM, dont le GAMS Belgique est un membre fondateur, s’attaque chaque mois à une idée reçue différente dans sa campagne #EndFGMMyths.

L’histoire de Jenny

« J’ai grandi dans le Midwest américain dans un milieu conservateur, maison chrétienne.

J’avais cinq ans lorsque j’ai subi des mutilations génitales féminines (MGF). On m’a dit qu’une dame que je ne connaissais pas allait nous emmener, ma soeur et moi, dans un voyage spécial. Nous sommes allées en avion sans mes parents.

Le matin suivant mon arrivée, j’ai été allongé sur une table froide. Je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer.

Ils m’ont enlevé ma culotte et ont levé ma robe. Je me sentais nue, exposée. J’ai commencé à me débattre et pleurer. Quelqu’un me tenait et me couvrait la bouche et les yeux avec les mains. Ensuite, j’ai senti le métal froid et la première coupure. La douleur à ce moment était insupportable, elle n’était comparable à aucune autre douleur dans ma vie.

Peu à peu, je me suis remise et nous avons été renvoyée à la maison. Notre mère avait fait un gâteau, ce qui était étrange car elle ne faisait jamais de gâteaux en temps normal. On nous a dit que nous fêtions notre obéissance à Dieu. On nous a dit que c’était quelque chose dont nous pouvions ne jamais parler. Je me souviens que ma sœur et moi pleurions dans les bras l’une de l’autre, sachant que nous avions ce terrible secret à garder.

Quand j’étais jeune, je pensais que cela arrivait à toutes les filles. Ce n’est que lorsque j’ai étudié l’anatomie humaine à l’université que j’ai réalisé que je n’étais pas comme tout le monde.

La MGF a eu un impact terrible sur mon corps. Jusqu’à ce que je subisse une hystérectomie, mes règles étaient atrocement douloureuses. Le sexe a toujours, toujours, été douloureux.

Il est important que les gens comprennent : même si peu d’Américain.e.s en ont parlé, cela ne veut pas dire que cela ne se passe pas ici. Il existe un tel silence qui entoure cette pratique. Tant que nous n’en parlons pas plus, nous n’allons jamais savoir combien de filles ont été touchées aux États-Unis. Nous devons lever la honte, en faire un sujet sûr à aborder.

Ce n’est pas une race, mais une culture, religieuses, régionales ou autres autre question. Il s’agit d’une question humaine, point final. »

Continuez à déconstruire les idées reçues


No Replies to "#EndFGMMyths : les MGF sont-elles liées à la religion ?"