Entrevue avec Mélanie, notre nouvelle coordinatrice des activités en Wallonie !

Depuis début 2020, Mélanie Jocquet est coordinatrice des activités du GAMS Belgique en Wallonie et travailleuse sociale. Basée à Namur, elle occupe une position centrale au sein de notre équipe. On ne pouvait que vous la présenter !

Du travail social à la coordination des activités

Le plus gros du travail de Mélanie est celui de la coordination des activités du GAMS Belgique en Wallonie. « Nous donnons des formations et animations, nous intervenons dans des réunions partout en Wallonie. Des femmes nous viennent de Couvin, Bastogne, Jumet… »

Il y a aussi le travail social. Elle se charge des suivis sociaux mais aussi d’une partie des entretiens de premier accueil.

Partout en Wallonie

« Pour l’antenne de Namur, je travaille quotidiennement avec deux animatrices communautaires, Ismatou Bah et Yasmin Hussein, ainsi que notre psychologue, Maud Jeulin. » L’équipe namuroise travaille avec partenaires externes comme les plannings familiaux, les services de santé mentale, les bureaux sociaux et médicaux, ainsi que les centre d’accueil pour demandeurs.euses d’asile… Entre autres.

Mais les activités ne se limitent pas à Namur. L’équipe de Liège se compose de Samia Youssouf, responsable des activités en province de Liège, de Fos Mohamed Nur, animatrice communautaire et de Charlotte Royen, psychologue. « C’est une richesse de pouvoir travailler dans une équipe pluridisciplinaire afin d’accompagner au mieux les femmes. »

En ce qui concerne le Hainaut, le GAMS propose aussi des permanences mensuelles à Charleroi.

Lutter contre les violences spécifiques envers les femmes migrantes

Mélanie s’engage contre les mutilations génitales féminines (MGF). « Dans le cadre de mes précédentes expériences professionnelles, j’ai accompagné des femmes dans leur demande d’asile. Les MGF sont tellement enracinées que les femmes intègrent cette violence… Et n’en parlent pas. Il faut prendre du temps, construire une relation de confiance pour faire prendre conscience à la personne que cette pratique dite ‘traditionnelle’ constitue une réelle violence à combattre. »

Si les violences de genre touchent toutes les femmes, les femmes migrantes sont confrontées à des violences spécifiques. « J’aime beaucoup travailler en contact avec des publics migrants. Avec le temps, je me suis davantage intéressée à la place de la femme dans la société, à la mienne et aux femmes que je rencontre… De manière générale, il m’est apparu clair que les femmes migrantes cumulent un continuum de violences de genre. De leur vie au pays, au parcours d’exil à la procédure d’asile, ou autres procédures en Belgique, … Elles sont particulièrement vulnérables et vulnérabilisées. »

La motivation est au rendez-vous

Mélanie est d’attaque. Elle est impatiente de mettre sur pied plus d’activités communautaires les collègues. « C’est une expérience très riche, permettant vraiment aux femmes de se renforcer l’une et l’autre. Pour ma part, j’en apprends énormément, en tant que professionnelle mais aussi en tant que femme. Je ferai tout ce qui est possible pour accompagner au mieux les femmes et leur permettre d’en apprendre plus sur la société et sur elle-même. »

Pour contacter Mélanie

Mélanie est disponible au 0493 49 29 50 ou via melanie@gams.be


No Replies to "Entrevue avec Mélanie, notre nouvelle coordinatrice des activités en Wallonie !"