profileimage

Elise EVRARD est psychologue, formée à l’approche clinique adulte, à la systémique et à la sexologie à l’Université de Liège.

Ses expériences dans divers secteurs de l’aide aux personnes lui ont permis d’acquérir une pratique professionnelle avant d’arriver au GAMS en 2017.

Elle a d’abord travaillé dans deux services « Espace Rencontre » (le Funambule à Verviers et à l’ASJ de Liège) où elle a aidé à la mise en place, sous contrainte judiciaire, de rencontres entre un enfant et le parent avec lequel il ne vit pas, suite à une séparation douloureuse ou une situation familiale compliquée et ce, dans le but de favoriser l’accompagnement et le maintien du droit aux relations interpersonnelles. Ceci lui a permis d’acquérir une pratique de suivi de familles en situations de conflits.

Ensuite, elle a travaillé dans un service d’aide aux victimes au sein duquel elle a assuré le suivi psychologique de personnes ayant subi divers types de violences (agressions, viols, violences conjugales, braquages, …). Cette expérience l’a sensibilisée à la problématique du syndrome de stress post traumatique chez l’adulte et aux conséquences psychologiques et physiques négatives des violences intrafamiliales et conjugales.

En 2010, elle était engagée en tant que psychologue et formatrice dans le centre d’insertion socio-professionnelle de l’ASJ de Liège. Elle y a acquis une pratique de l’animation de groupe et de l’accompagnement de demandeurs d’emplois qui ont besoin de se reconstruire afin de (re)travailler. C’est au travers des cours qu’elle dispense à ces personnes qu’elle a souhaité transmettre ses connaissances et sensibiliser son public aux problématiques des inégalités de genre. En recherchant des partenaires d’animation, elle a fait la connaissance de Samia Youssouf qui depuis, vient régulièrement sensibiliser ses bénéficiaires sur la question de l’excision.
Au fil des années, Elise s’est intéressée au thème des MGF et elle a souhaité se joindre à l’équipe du GAMS pour se battre à leur côté en aidant par son écoute et son empathie à la prise en charge des femme et familles touchées par cette problématique.

Son combat : dénoncer et stopper les inégalités de genre afin de sauver les fillettes des mutilations mais également aller plus loin en informant, guidant et soutenant les femmes qui les ont subies, mais aussi les hommes et les familles qui vivent en portant le poids de ces souffrances.