Ateliers communautaires

  • Réunions mensuelles
  • Atelier de préparation à la naissance
  • Atelier Jeunes
  • Atelier Enfants
  • Atelier Expression Corporelle

Réunions mensuelles

L’activité des derniers vendredis du mois est la plus ancienne activité menée au GAMS. ERF - Belgium - Brussels - GAMSElle a évolué au fil du temps. Elle a connu des périodes de fortes fréquentations quand il n’y avait pas d’antennes régionales : 80 à 100 femmes pouvaient se retrouver dans les locaux du GAMS le dernier vendredi du mois.

ERF - Belgium - Brussels - GAMSAujourd’hui entre 15 à 20 femmes participent dans chacune des antennes. L’activité rassemble les femmes demandeuses d’asile concernées par l’excision et les mariages forcés et est animée par les animatrices du GAMS. Ces rencontres visent à favoriser la prise de parole, l’acquisition de nouvelles connaissances et d’aptitudes, le renforcement des capacités et l’émancipation des participantes dans une perspective de lutte contre les violences faites aux femmes et la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les participantes prennent conscience de leur condition au sein de leur famille et de la société, améliorent leur estime de soi et développent leur esprit critique agir sur leur quotidien et améliorer leurs conditions de vie et celles de leur entourage.

Calendrier

Ateliers préparation à la naissance

Ces ateliers sont destinés aux femmes enceintes, excisées ou victimes de violences sexuelles, demandeuses d’asile, bénéficiant d’une protection subsidiaire ou réfugiées.

Ces séances de préparation ne remplacent pas les consultations prénatales par un gynécologue ou une sage-femme. Ce sont des séances pour améliorer le bien-être de la femme et lui donner un espace où elle peut poser toutes les questions concernant la prise en charge de sa grossesse et son accouchement en Belgique. Ces séances peuvent aussi être un lieu d’échange autour de la grossesse, de la protection de l’enfant à naître par rapport à certaines pratiques traditionnelles (excision, mariage forcé, violences.)

A partir de 2016, les séances auront lieu tous les 15 jours et pas tous les mois : 6 séances sont consacrées à la grossesse, l’accouchement et le post-partum précoce et deux séances sont prévues après l’accouchement avec le bébé.

Comme la séance dure trois heures et que nous voulons également favoriser les bonnes habitudes alimentaires pendant la grossesse, une collation est offerte aux femmes (laitages, fruits, pain, jus).

Les séances sont animées par des sages-femmes bénévoles formées à la problématique des MGF, une animatrice communautaire du GAMS, mais aussi depuis 2016 par une massothérapeute pour une heure d’exercices corporels et travailler la respiration pour bien préparer l’accouchement et favoriser la détente. La participation aux séances est volontaire et gratuite. Les frais de transports seront remboursés grâce au soutien du projet FAMI (les femmes sont remboursés en cash le jour même sur présentation d’un titre de transport où le tarif est visible).

 

Atelier Jeunes

atelierjeune1L’atelier Jeunes est un groupe de jeunes filles de 14 à 25 ans qui s’adresse autant à des mineures non accompagnées qu’à des jeunes qui ont migrés avec leur.s parent.s. L’objectif est de donner un espace particulier à la paroles des jeunes filles, jeunes adultes en devenir, en dehors des ateliers du dernier vendredi du mois, qui visent un public adulte. les mêmes questions sont travaillés dans les deux groupes (la question des stéréotypes, la discrimination, l’égalité femmes/homme, les violences de genre,…) à la différence, dans cet atelier, d’aborder les contenus par la voie de la création.

Ainsi, jusqu’à présent, nous avons crée deux pièces de théâtre dont « Le destin d’Aicha » ainsi qu’une action dansée lors de la journée du 6 février 2014, Journée mondiale contre l’excision. Au-delà des débats et l’apport informatif des animations, ce groupe se veut pouvoir transformer les choses de manière proactives par les participantes elles-mêmes et mener des actions publiques. Le nombre de participant.e.s est illimité, l’atelier est bimensuel avec une participation totalement libre.

Atelier Enfants

Voici le tout dernier atelier en date, crée en 2016. Il s’adresse aux enfants – filles et garçons – des familles inscrites au GAMS et qui sont également concernés directement ou indirectement par l’excision, d’autres formes de violences de genre mais également la question de l’exil et du lien.

DSC_0320L’objectif de l’atelier est de mettre à disposition un espace créatif tant art-plastique que corporel afin de travailler la question de l’intégrité physique, le respect de soi, des autres,…

Nous pensons que travailler sur l’intégrité physique au travers, entre autre, l’expression corporelle, permettrait de donner une place aux traumatismes mais également agirait comme moyen de prévention à toute autre intrusion corporelle. Le nombre de participant.e.s s’élève à 10 enfants maximum, l’atelier se présente sous la forme de modules de 6 ateliers pour lesquels nous demandons – aux parentsJ, un engagement continu.

Stage d’une semaine prévu pendant les congés scolaire (congés de printemps, vacances estivales,…).

Atelier expression corporelle

Le mouvement c’est la vie. Même quand on décide de ne pas bouger, on bouge. Par le simple fait de respirer, la poitrine se soulève, la cage thoracique s’ouvre, le ventre se remplit, les narines vibrent. Qu’en est-il du besoin de mouvement à l’intérieur des murs d’un centre d’accueil ? Où les résident.e.s trouvent-ils-elles ce mouvement, où respirent-ils-elles ?

sssLe mouvement est fondamental. Il fait fuir dans le besoin, il permet à des familles de traverser l’océan pour mettre leurs vies en sûreté. Il permet au corps d’exprimer le cœur. Le mouvement permet le refus, la fuite, l’abandon, la survie, la joie. Le mouvement permet de respirer. Quand les migrant.e.s s’arrêtent après leur fuite, ils.elles peuvent souffler. Le mouvement permet d’alléger les peines ; quand le corps s’arrête, il est envahi des maux, il peut exprimer les peines, il prend le temps alors qu’au pays le corps ne peut s’arrêter, il lutte.

Depuis maintenant septembre 2014, nous avons exporté l’Atelier d’Expression Corporelle (AEC) vers le centre d’accueil pour mineur.e.s en transit de Neder Over Hembeek, à Bruxelles. Tous les mardis matins, nous proposons un atelier à un groupe de jeunes filles et de jeunes garçons, entre 12 et 17 ans. Le challenge est de taille : travailler dans l’instant présent, en sachant que les jeunes vont et viennent, un jour ils.elles sont présent.e.s, le jour d’après ils.elles sont transféré.e.s vers un autre centre. Qu’est-il possible d’être fait en si peu de temps ? Quelles traces laisseront les ateliers dans leurs sensations, leurs corps, leurs souvenirs ? L’endroit est également surréaliste, un entre-deux caché derrière les bâtiments de l’hôpital militaire où tous les jours l’on voit passer des personnes en uniforme.

Les objectifs d’un tel atelier sont multiples : permettre une aisance corporelle, développer un sentiment de bien-être général, construire une image positive et gratifiante de soi ainsi que développer un réinvestissement corporel. Des techniques telles que le théâtre, le stretching, la respiration, les massages, le mime, le rythme et la relaxation sont utilisées en privilégiant en particulier le mouvement et la danse.

L’atelier est apprécié par de nombreux.ses jeunes. Lorsque la séance démarre, les yeux ne se rencontrent pas, les sourires sont « construits » et tenir une personne par la main reste un défi pour certain.e.s. Au cours de la séance, le corps s’échauffe et se libère dans ses mouvements, les yeux sourient pour du vrai et le toucher devient envisageable. En fin de séance, les jeunes se serrent dans les bras. Ils et elles se sont amusées, dans leur rôle d’enfant et d’adolescent loin de toutes les préoccupations « papier ».